Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 janvier 2013 2 22 /01 /janvier /2013 15:12

« La liberté d’aimer n’est pas moins sacrée que la liberté de penser » Victor Hugo. 

Réflexions d’une hétérosexuelle à propos de la fronde conservatrice qui refuse l’égalité des droits aux homosexuels. Avec Galabru, je déclame : « Je suis pour le mariage homosexuel, je ne vois pas pourquoi on devrait épargner quelqu’un parce qu’il est homo… »

A la manifestation du 13 janvier contre le mariage des homosexuels et contre l’homoparentalité, nous avons entendu des discours et paroles haineux, intolérants, mensongers. Parmi les manifestants, il y avait beaucoup d’héritiers de la France droitière et extrême-droitière bien incrustée dans notre pays depuis le XIXème siècle : cette France qui a écrasé dans le sang la Commune de 1871 et ses idéaux démocratiques (voir l'article sur le blog), la France anti-dreyfusarde, celle qui s’est élevée contre le droit de vote des femmes, contre la séparation de l’Eglise et de l’Etat , contre le Front Populaire (alors que celui-ci a fait voter des lois progressistes que plus personne ne récuse maintenant). Défilait aussi cette France qui était, il y a quelques décennies à peine, contre le divorce, contre le travail des mères, contre la contraception, contre l’avortement, contre les radios libres, en un mot contre toute émancipation et modernisation de la société.

Il y a en particulier quatre choses qui me choquent : l’une est le culot de l’Eglise et de ses représentants, dont les ignobles pratiques de pédophilie durant des siècles sont en train, enfin, d’éclater partout où elle a sévi et qui a l’hypocrisie de s’ériger en modèle de vertu et de morale, allant jusqu’à reporter la suspicion de perversion sexuelle sur les homos. Faut-il rappeler que homosexualité veut dire aimer une personne du même sexe et que pédophile désigne un adulte qui viole un enfant (les procès montrent que les pédophiles sont en très grande majorité des hommes hétérosexuels, mariés, ayant eux-mêmes des enfants).

Le deuxième propos qui m’irrite, c’est l’oubli des orphelins et des enfants abandonnés. Qui les élève ? Il y a forcément des substituts de la fonction maternelle et de la fonction paternelle, qui ne se réduisent pas à la biologie ! Ces enfants sont élevés soit par un seul parent, soit par une autre personne de la famille ou de l’entourage, soit en institution ou à l’orphelinat, soit par des adoptants. Les orphelins deviennent-ils forcément débiles ou délinquants? Non! On sait pertinemment que le mal-être est lié au manque d’affectivité, d’amour, de reconnaissance, de soutien qui sont les principaux garants  du bon développement et de l’épanouissement de l’enfant. Toutes choses qu’un couple homosexuel peut aussi bien apporter qu’un couple hétérosexuel. Et que dire des enfants battus ? Il ne faut pas confondre géniteur (celui/celle qui donne la vie) avec celui/celle qui élève l’enfant. Le « vrai » père, la « vraie » mère est celui/celle qui élève l’enfant, le nourrit, l’aime, l’éduque, l’accompagne tout au long de son apprentissage de la vie. Dans les sociétés dites « primitives » matriarcales, c’était l’oncle utérin qui tenait le rôle du père. Quelque soit le système de parenté, il est fondamental pour le bien-être de l’enfant qu’il connaisse la vérité sur sa filiation et la structure de sa famille. A ce sujet, je recommande un texte très intéressant, écrit par un psychiatre il y a une dizaine d’années, et qui pourrait être une base de réflexions sur l’homoparentalité. Il s’intitule : « Les fonctions parentales sont asexuées », accessible en ouvrant ce lien :

http://jo-hel.over-blog.com/page-8515886.html

 

La troisième27 janvier 2013 chose qui m’énerve est de voir dans ces manifestations conservatrices et ultra-traditionnalistes tous ces jeunes qui n’ont pas conscience que les droits dont ils jouissent aujourd’hui ont été acquis grâce à celles et ceux qui réclament justement l’égalité pour tous, qui se battent contre toutes les discriminations et qui veulent que les lois de notre pays soient en conformité avec l’évolution de la société. On ne va pas contre l’histoire, surtout lorsqu’elle apporte plus d’égalité, de respect et de liberté.

Enfin, ma quatrième est une question : Les « bleu, blanc, rose » veulent-ils remplacer la bande rouge du drapeau français par du rose ?!!!

Josée Couvelaere

 

G Pride 29 juin 13

Partager cet article

Repost 0

commentaires